En ces temps fort inopportuns pour le collectivisme et l'Internationale (qui ne sera, semble-t-il, pas tout de suite le genre humain), Cary Grant et moi allons, une fois de plus, basculer du côté obscur du capitalisme en devenant propriétaires, non de nos moyens de production - le Petit Prince est un témoignage suffisamment éloquent du bien mauvais usage que nous en fîmes - mais de notre logement. Or, l'appartement que nous envisageons d'acquérir, se trouve sis dans une copropriété dont le règlement nous fut communiqué il y a quelques jours. Le chapitre 3 de ce passionnant document au suspense haletant dispose, dans le paragraphe intitulé "animaux" que : "les copropriétaires ne pourront avoir aucun animal malfaisant, malodorant, malpropre ou bruyant".
Nous avons fait un long bout de route ensemble, Azuki, hélas nos chemins se séparent. Je ne sais par quel prodige, nos futurs voisins te connaissent déjà.

azukiFete.jpg